le Conseil d’arrondissement du 16 janvier 2017

 

Lors de ce conseil d’arrondissement vos élu.e.s écologistes sont intervenus sur différents surjet :

  • Joelle Morel a déposé un voeu concernant l’occupation des résidences personne agées
  • Joelle Morel a posé une question orale relative à l’organisation et au calendrier de l’action Circul’livre du Conseil de quartier Belleville Saint-Maur. Comment fêter les 10 ans du Circul’livre ?
  • Pierre Japhet est intervenu sur le plan piéton

Retrouvez ci-après ces interventions dans leur intégralité:

  1. Voeu relatif au taux d’occupation des résidences gérées par le CCAS du 11ème
    déposé par Joëlle Morel et les élu-e-s Ecologistes

Considérant le manque de logements à Paris pour les plus démunis,
Considérant la volonté de l’équipe municipale du 11ème d’offrir plus de logements sociaux,
Considérant les rapports de gestion 2014 et 2015 du centre d’action sociale du 11ème qui indiquent les capacités d’accueil et les taux d’occupation par résidence,
Considérant que parmi les 14 résidences du 11ème, celles de la rue Robert Houdin et celle de la rue Morand, situées dans le quartier politique de la Ville, annoncent un taux d’occupation en baisse de 2014 à 2015.
Respectivement de 84 à 74% pour la rue Morand et de 72,40% à 65% pour la rue Robert Houdin.
Considérant que dans ces résidences l’électricité est à la charge du résident et s’ajoute au prix de la redevance, ce qui est une des raisons principales du refus des personnes âgées d’aménager dans ces résidences (23%), devant la petitesse des logements (18%), l’environnement du quartier (11%) et l’agencement du logement (11%),

Sur proposition de Joëlle Morel et des élu-es écologistes,
EMET LE VOEU
– Que des mesures soient prises pour éviter que les logements du CCAS 11ème ne restent inoccupés pendant plusieurs mois
– Que des travaux d’isolation soient entrepris dans les résidences concernées pour diminuer les frais d’électricité,
– Qu’en attendant les travaux ces logements soient proposés à des jeunes travailleurs parisiens, qui sont souvent obligés de se loger dans des appartements dans de lointaines banlieues.

2. Question orale relative à l’organisation et au calendrier de l’action Circul’livre du Conseil de quartier Belleville Saint-Maur. Comment fêter les 10 ans du Circul’livre ?

Joëlle Morel et les élu-es Europe Ecologie les Verts posent au Maire du 11ème la question suivante :

L’action Circul’livre a pour objectif de créer du lien social à travers la distribution gratuite de livres dans les quartiers. Les personnes empruntent un livre et s’engagent à le faire circuler soit en le rapportant, soit en le donnant.
Le Conseil de quartier Belleville Saint Maur a crée le premier circul’ livre dans le 11ème et s’est donc engagé dans l’organisation régulière de l’action Circul’livre depuis novembre 2007 sur la place Roger Linet, en face de la Maison des métallos, le deuxième samedi du mois, pendant 3 heures.
Cette rencontre était très appréciée par les riverains. C’était un rendez vous attendu et populaire Pour les membres du conseil de quartier cette action était favorable pour être en relation directe avec les habitants, pour faire connaitre les rendez vous des différentes commissions, pour communiquer sur les plénières, pour entendre les préoccupations des différentes personnes
Depuis sa création, les livres et le matériel nécessaire ont été stockés dans différents lieux associatifs (Ca se visite, Regie de quartier, Maison des métallos,) pour finir depuis décembre 2011 dans un local dans la cour de récréation de l’école de la Baleine. Ce local était idéal pour le stockage des livres à quelques mètres de la place Roger Linet. Indépendant du bâtiment de l’école et inoccupé, cet espace de quelques mètres carrés correspondait aux besoins
Depuis octobre 2015, le Circul’livre n’a pas pu être programmé, en raison des consignes du plan Vigipirate, suite aux attentats. Les membres de Circul livres ne peuvent plus avoir accès aux livres le samedi matin.
Le conseil de quartier Belleville, membre de l’association Circul’livre au niveau parisien, a aujourd’hui plus de 2500 livres, a acheté du matériel : planches, tréteaux, chariot pour le transport, barnum ; a aménagé le local avec des étagères et des systèmes de rangements. Tout ce matériel, et surtout toute la bonne volonté des conseillers de quartier dorment depuis plus d’un an dans ce local !!
Les membres de la commission culture qui animent ce Circul’livre restent très motivés pour reprogrammer cette action, – qui est indispensable dans un quartier politique de la ville ! – et souhaitent vivement pouvoir fêter les 10 ans de leur initiative pendant l’année 2017. Ils comptent sur l’équipe municipale pour leur donner, sous une forme à définir, la possibilité de reprendre leur activité et de fêter dignement leurs 10 ans. Le groupe écologiste demande qu’il soit répondu favorablement à ce souhait. Quelle est la position de notre majorité municipale ?

             3. Intervention de pierre japhet relative au Plan piéton

« Nous, parisiens et franciliens, sommes tous avant tout des piétons, puisque c’est en marchant que nous effectuons 60% de nos déplacements dans Paris.

Et pourtant, l’espace public parisien est encore majoritairement – à 56 % – consacré à la circulation motorisée qui ne représente pourtant plus que 12% des déplacements.

C’est pour mettre fin à ce déséquilibre que les parisiennes et les parisiens, dans leur grande sagesse, ont proposé et choisi de mettre en œuvre un Plan Piéton dans le cadre du Budget Participatif 2015.

Doté de 8 million d’euros, ce plan piéton a permis dans un premier temps de lancer un travail de concertation avec tous les acteurs concernés et notamment les élus, les services de la ville et de nombreuses associations et structures spécialisées. J’ai moi-même pu participer à 2 ateliers de très grande qualité.

Ce premier travail nous permet aujourd’hui de vous proposer une stratégie piéton pour Paris articulée autour de 5 axes prioritaires :

  • Faciliter les continuités piétonnes et de nouveaux partages de la voirie : apaisement des places et des axes routiers, amélioration des circulation et traversées piétonnes,
  • Favoriser la diversité des usages de la rue : zones de rencontre, parklets – utilisation de places de stationnement pour d’autres usages,
  • Elever les standards de confort des espaces publics : accessibilité, sécurité, désencombrement,
  • Repenser l’orientation des piétons : plans de quartier, parcours pédestres,
  • Conforter la culture piétonne de Paris : mise en avant de la marche et des piétons.

Pour être utile cette stratégie doit bien évidemment se décliner dans tous les projets d’aménagement de la voirie et de l’espace public, et à ce titre un certain nombre de projets pilotes ont déjà été identifiés. Dans le 11e les projets pilotes sont les suivants :

  • Les projets de réaménagement des places de la Bastille et de la Nation,
  • La création d’une promenade sportive, verte et culturelle sur les boulevards de Belleville, de Charonne et de Ménilmontant, et
  • Le réaménagement de l’angle de la rue Crespin du Gast et du passage de Ménilmontant.

Mais au-delà de ces projets pilotes, je dirai que tous les projets d’aménagement planifiés dans l’arrondissement comme à Paris s’inscrivent déjà dans cette logique de rééquilibrage au profit des circulations piétonnes : à Paris je pense bien sûr aux projets de réaménagement des places et surtout à la piétonisation des voies sur berges ; et dans le 11e je pense par exemple au Parvis St Joseph des Nations, à la Place Mireille Havet, à la Rue du Faubourg Saint Antoine.

D’ailleurs les arrondissements sont invités à décliner cette stratégie parisienne au niveau local, et je souhaiterai, Monsieur le Maire, avec mon collègue Florent Hubert délégué à l’espace public, vous proposer avant cet été un plan d’action dans ce sens.

Qui dit stratégie, dit également évaluation et pilotage, et c’est pourquoi le plan piéton fera l’objet d’une évaluation annuelle qui sera présentée en Commission Extramunicipale des Déplacements et du Partage de l’Espace Public – la fameuse CEMD-PEP.

Je vous invite donc ce soir, sur proposition de la Maire de Paris et de son adjoint Christophe Najdovski, à approuver la mise en œuvre de cette stratégie piéton ainsi que la signature de la charte internationale WALK 21 pour marquer l’engagement de la ville à redonner à tous les piétons parisiens et franciliens la place qu’ils et elles méritent dans notre ville.

La municipalisation du stationnement payant de surface en 2018 est une étape importante de la réforme du stationnement qui a été engagée par la Ville dès 2014 avec la révision des tarifs et des modalités de stationnement. Nous avons déjà eu l’occasion d’en débattre dans cette assemblée.

Une nouvelle étape donc est franchie aujourd’hui grâce à la loi de modernisation de l’action publique et d’affirmation des métropoles, dite loi MAPTAM, qui redonne aux collectivités locale la maîtrise complète de leur politique de stationnement.

Ainsi à partir du 1er janvier 2018, toutes les villes françaises pourront fixer elles-mêmes le montant de ce qui n’est plus un droit de stationnement mais une redevance d’utilisation du domaine public.  Elle sera à payer par les usagers qui stationnent sur des emplacements autorisés et payants et dans le cas contraire, ceux-ci auront à payer a posteriori, non plus une amende, mais un Forfait Post Stationnement ou FPS pour les intimes.

Cette nouvelle étape doit permettre de continuer à améliorer la rotation des véhicules, réduire le nombre de voitures « ventouses », et faciliter le stationnement de courte durée, qui sont de véritables enjeux pour la ville et ses usagers.

Je voudrais rappeler quelques chiffres à ce sujet : Paris dispose d’environ 150 000 de places de stationnement en surface, ce qui est important et suffisant pour répondre aux besoins. Et pourtant, à Paris, il faut en moyenne 21 minutes pour trouver une place où se garer. Pourquoi ? Contrairement à ce qu’on entend trop souvent ce n’est pas parce que le nombre de places est insuffisant, mais parce que la rotation des véhicules est insuffisante. On évalue à 80 000 le nombre de places occupées par des véhicules qui ne bougent pas de toute la semaine. C’est plus de la moitié des places disponibles. Pour une partie d’entre-elles, ce sont des voitures en stationnement résidentiel, mais l’autre partie sont des voitures dites « ventouses » qui ont dépassé la durée autorisée de stationnement rotatif.

Il faut savoir que le taux de fraude sur ce stationnement rotatif atteint des sommets puisqu’il est estimé à 91%, ce qui représente un manque à gagner pour la collectivité de 300 millions d’euros par an ! Pour se rendre compte de ce montant représente, c’est l’équivalent du coût annuel de fonctionnement de toutes les crèches de Paris; ce sont les dépenses annuelles de sécurité de la Ville de Paris; les deux tiers du budget de fonctionnement jeunesse et sport de la Ville et c’est 3 fois le montant du budget participatif de 2016.

Pour terminer quelques éléments importants à retenir concernant cette nouvelle étape de la réforme du stationnement :

  • Les tarifs des stationnements résidentiels et rotatifs restent inchangés ; je rappelle que dans notre arrondissement le tarif du stationnement rotatif est de 4 euros de l’heure,
  • Le stationnement des professionnels est également inchangée, et la liste des professions éligible au stationnement professionnel mobile a été élargie, notamment à certaines professions de santé,
  • Le stationnement est toujours gratuit pour les véhicules dits « à basse émission », notamment les véhicules électriques,
  • En revanche, de manière à pouvoir fixer le FPS à un niveau dissuasif, la Ville est obligée d’allonger la durée autorisée de stationnement rotatif de 2 heures à 6 heures, avec un barême progressif qui est dans les arrondissement centraux comme le nôtre de 8€ pour la 3e heure, 10€ pour la 4e puis 12€ pour la 5e et la 6e heure,
  • Ceci permet donc de fixer le montant du FPS à 50 euros, au lieu d’une amende qui est aujourd’hui de seulement 17 euros. Ce montant sera réduit à 35 euros si le règlement est effectué dans les 72 heures,
  • Et enfin bien entendu le stationnement gênant est inchangé et reste une infraction au code de la route, punissable d’une amende de 90 à 135 euros selon les cas.

Il vous est donc demandé d’autoriser la mise en place de ce FPS dans le contexte et les conditions que je viens de rappeler. »

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s