Mort de CMP Banque : nous ne pensons pas que les autres options possibles aient été sérieusement envisagées.

Intervention de David Belliard relative à CMP Banque – Conseil de Paris du 29/06/15

«Madame la Maire,Mes chers collègues,

Vous nous proposez aujourd’hui de voter une somme de 42 millions d’euros pour assurer la recapitalisation de la filiale bancaire du Crédit municipal de Paris. Cette recapitalisation intervient tardivement, à un moment où l’activité du CMP banque est si déficitaire que, sans cette recapitalisation presque « humanitaire » d’une certaine manière, l’établissement risque la mise sous tutelle. Nous voilà donc mis devant le fait accompli, ou le choix semble se résumer à sauver les meubles, ce que vous appelez plus pudiquement «une gestion extinctive de l’activité ».

Quel dommage de devoir adopter une attitude aussi défensive, alors que les enjeux en terme de financements de l’investissement et d’accès aux crédits auraient mérités une discussion approfondie et bien plus proactive.

Cela fait pourtant des années que nous savons les difficultés que rencontrent le CMP Banque. Cela fait des années que nous savons que les choix stratégiques engagés, sur le marché de la restructuration de crédits notamment, ne permettaient pas au CMP Banque de conserver une activité rentable. Et pour cause, au regard de la petite taille de la banque, impossible pour elle de trouver une équilibre sur ce marché extrêmement concurrentiel et dominé par des acteurs plus compétitifs.

Cela fait des années que nous demandons à ce que soit étudié d’autres pistes, notamment sur la question du tiers financement de la transition écologique. Les besoins en termes de financement de la transformation écologique de notre Ville sont importants, pour accompagner et soutenir toutes ses dimensions. Le CMP Banque pourrait être le bras ouvrier de cette transition, et occuper un marché de niche, rentable et qui relève, cette fois, de l’intérêt général. J’entends que la SEM Energie Posit’if a été créé pour ce financement. Toutefois, permettez-moi d’émettre des doutes et interrogations sur le développement et le fonctionnement de cette SEM dont l’intérêt, sur le papier, est incontestable. D’abord parce que la loi de transition écologique, qui permet le tiers financement, n’est pas encore voté, et que les décrets d’applications risquent – et on peut le regretter – de prendre du temps avant d’être publiés. En outre, le fonctionnement et la mise en œuvre de la SEM ne sont pas stabilisés, faisant porter des doutes sur sa capacité à répondre pleinement et rapidement aux missions qui sont les siennes. Enfin, et malgré la garantie d’un emprunt de 100 millions d’euros de la banque Européenne d’investissement, des doutes subsistent sur les conditions d’accès au financement de la SEM, et des taux qui lui seront appliqués.

Et même au-delà de cette réflexion sur le financement de la transition énergétique, pourquoi ne pas avoir engagé des discussions approfondies sur une éventuelle reprise de l’activité bancaire ? Il nous semble que la « gestion extinctive », c’est à dire la mort programmée du CMP Banque, n’est pas, encore une fois, la seule réponse possible. Vue la taille de l’établissement, qui, on peut le comprendre, peine à trouver un marché sur lequel exister,  pourrait tout à fait trouver une place dans un groupe bancaire plus important, où il pourrait même trouver des proximité en terme de valeurs et de respect d’un service d’intérêt général, comme la Poste ou le Crédit Coopératif. Les pistes d’un rapprochement entre le CMP Banque et d’autres établissements ne nous semblent pas aujourd’hui avoir été menés avec assez de sérieux.

Enfin, je terminerais sur deux questions importantes. Car en cas de fermeture du CMP Banque, quid des personnels ? Quelles solutions leur seraient proposées ? Nous ne sommes pas un fonds de pension, sans foi ni loi : Les salariés ne peuvent pas être les victimes des mauvais choix stratégiques des actionnaires. Ici, chacun doit prendre ses responsabilités. Et en cas de gestion extinctive, l’éventuel plan social devrait avoir pour objectif de reclasser 100 % des personnels actuels de la banque. Enfin, reste la question du développement du Crédit municipal établissement public, qui assure un service public essentiel et un accompagnement pour les personnes en surendettement. Quels que soient les choix qui seront adoptés pour le CMP Banque, ces choix ne peuvent fragiliser « ma Tante », dont les missions doivent être renforcées et développées.

Vous le voyez, cette délibération que vous nous proposez de voter pose beaucoup de questions et d’incertitudes. Arrivée trop tardivement, elle relève plus d’un couperet que d’une discussion sereine. En outre, nous ne pensons pas que le choix de la gestion extinctive de l’établissement ait été suffisamment préparé, ni qu’il ait été sérieusement pesé au regard des autres options possibles.

Pour toutes ces raisons, Madame la Maire, mes chers collègues, ne groupe s’abstiendra sur cette délibération. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s